• Viggo MORTENSEN

     

    Viggo Mortensen:

     

    Viggo Mortensen, né Viggo Peter Mortensen le 20 octobre 1958 à New York, est un acteur, poète, musicien, photographe, peintre et éditeur américano-danois.

     

    .Sa biographie

    D'origine danoise par son père et américaine par sa mère, le jeune Viggo Mortensen passe son enfance entre le Venezuela, l'Argentine et le Danemark.
     
     
    Agé de 11 ans lorsque ses parents divorcent, il part à New York avec sa mère et ses deux frères.
     
     
    Marqué par la performance des comédiens de Voyage au bout de l'enfer, il suit une formation d'acteur sous la direction de Warren Robertson et fait ses débuts sur les planches en 1982. 
     

    Viggo Mortensen — Wikipédia:

    Après une première expérience au cinéma avec Woody Allen 
    pour La Rose pourpre du Caire (ses scènes seront coupées au montage),
    il apparaît à l'écran en amish dans Witness de Peter Weir, en 1985.
     
     
     Afficher l'image d'origine
     
    Enchaînant ensuite les films de genre
    il est choisi par Sean Penn pour incarner un homme violent,
    hanté par la guerre du Vietnam, dans The Indian Runner en 1991.
     
     
     
     
     
    RENCONTRE

    Viggo Mortensen : « Il faut vivre ses contradictions »

    Le succès du Seigneur des anneaux a permis à l'acteur, poète à ses heures perdues, de financer sa propre maison d'édition. Il joue aujourd'hui dans une adaptation de Camus.

    Fidèle lecteur d'Albert Camus, l'acteur Viggo Mortensen joue dans le deuxième film du réalisateur français David Oelhoffen,Loin des hommes, que sa société de production Perceval Pictures a également coproduit. Un film librement adapté de « L'hôte », une nouvelle méconnue de Camus, tirée du recueilL'Exil et le Royaume (1957), dernier livre paru de son vivant. En 1954, l'instituteur Daru vit reclus dans une école de l'Atlas algérien. L'agitation gagne les campagnes, il reçoit l'ordre des gendarmes de conduire à la ville un paysan pour qu'il y soit jugé. Celui-ci a tué son cousin d'un coup de serpe. Daru finit par se résoudre à amener son prisonnier, Mohamed (interprété par Reda Kateb). Les deux hommes, poursuivis par des villageois réclamant la loi du sang, sont inexorablement liés l'un à l'autre. Daru sait qu'emmener Mohamed à son procès le condamne à une mort certaine. En a-t-il le droit, la volonté ? Quand il ne tourne pas, Viggo Mortensen dirige Perceval Press, une maison d'édition indépendante qu'il a fondée.

    Vous avez interprété au cinéma beaucoup de héros d'oeuvres littéraires. Parmi les plus connus, citons Aragorn dans Le Seigneur des anneaux, de Peter Jackson, ou Old Bull Lee, avatar de William Burroughs dans Sur la route, de Walter Salles. Quelle est votre proximité avec Camus ?

    VIGGO MORTENSEN. J'admire depuis longtemps l'oeuvre de Camus, homme libre qui n'avait pas peur de se tromper et d'apprendre de l'autre. J'ai grandi en Argentine et j'ai commencé à lire les traductions de L'Étranger, de La Peste et de Caligula.Quand j'habitais au nord de l'État de New York, près de la frontière canadienne, j'ai appris le français, ce qui m'a permis de découvrir dans le texte original Les Justes, La Chute, L'Exil et le Royaume. David Oelhoffen a réussi une adaptation très fidèle à la philosophie de Camus, j'ai tout de suite été séduit par son scénario.

    L'instituteur Daru vit comme un moine, un seigneur solitaire. Comment vous êtes-vous préparé à ce rôle ?

    Un seigneur ? Ça... je ne sais pas ! Mais solitaire, certainement. D'où le titre que David Oelhoffen a choisi. J'aime la solitude ; j'en ai souvent besoin. Le silence et la solitude sont nécessaires pour mon travail, comme comédien, éditeur et écrivain. Je crois aussi qu'il y a des moments dans la vie qui demandent de faire des choix. Un extrait d'un poème attribué à Tahar Djaout (1) me revient : « Le silence, c'est la mort/ Tu parles, tu meurs/ Tu te tais, tu meurs/ Alors dis et meurs. »

    Me glisser dans la peau de Daru représentait un défi. En Algérie, j'ai d'abord appris l'arabe.

    La correspondance de Camus avec Char, Noces et les biographies m'ont aussi aidé à comprendre l'univers culturel du film. Quand j'interprétais un homme de main de la mafia russe à Londres dans Les Promesses de l'ombre, de David Cronenberg, je me ressourçais dans les livres d'Ossip Mandelstam, d'Anna Akhmatova, de Marina Tsvetaeva.

    On a reproché à Camus sa position morale, de ne pas choisir son camp.

    Camus répondait : « Ma patrie, c'est la langue française. », et non : « La patrie, c'est la France ou l'Algérie. »

    Dans La Chute, il avait écrit : « Il est plus facile de mourir de ses contradictions que de les vivre. »

     

    Voilà le sujet de Loin des hommes. Si on veut la paix, la liberté, la justice, il faut apprendre à vivre ses contradictions. Daru est pour moi une incarnation de Camus. La figure de l'instituteur est très importante pour lui. Son discours prononcé lors de la remise de son Nobel, le 10 décembre 1957, il l'a dédié à Louis Germain, son instituteur.

    En 2002, vous avez créé Perceval Press, une maison de littérature qui édite des ouvrages de poésie, de philosophie, d'histoire, de photos...

    Pendant les années 1990, j'ai composé deux recueils de poèmes, que j'ai ensuite réussi à publier, et un catalogue de mes peintures et de mes photos exposées dans une galerie de Los Angeles. Je m'étais dit qu'un jour, si je le pouvais, je serais éditeur pour publier les livres et les auteurs que j'aime. Le Seigneur des anneaux a été ma chanceLe succès de la trilogie m'a permis de travailler avec d'autres réalisateurs et de gagner de l'argent, que j'ai investi dans Perceval Press. Au début, environ cinq ou six livres paraissaient chaque année, maintenant trois en moyenne plus les réimpressions. Depuis le début de cette aventure, je vis à Madrid. Entouré d'un graphiste et d'une personne chargée des ventes, je supervise toutes les étapes de l'édition.

    Pourquoi ce nom de Perceval ?

    Un épisode de la légende arthurienne m'a marqué. Quand Perceval et ses compagnons de la Table ronde s'arrêtent à l'entrée de la forêt, ils décident que chacun ira chercher son chemin. De manière symbolique, chaque personne, chaque artiste doit être lui-même pour trouver son chemin. On peut y parvenir chez soi, dans une forêt, ou dans le désert de Loin des hommes...

    Écrire un bon poème exige de la discipline, de la discrétion et de la précision. Je pars souvent de situations de la vie quotidienne. Un jour, à Téhéran, j'aperçois un autobus de tourisme garé en face de mon hôtel. Le nom inscrit sur le flanc du bus, I forget you forever, m'intrigue. N'est-ce pas un nom étrange, pour une compagnie de transports ? Il est devenu le titre d'un de mes livres de poèmes et de photos de voyage... Fin février, il y aura une lecture de mes poèmes à Barcelone, et je m'apprête à sortir une anthologie de la nouvelle poésie argentine.

    Par Olivier Cariguel
     
     
     
     Viggo Mortensen:
     
     
     
    Tous deux seront d'ailleurs à l'affiche de L'Impasse de De Palma (1994), dans lequel Mortensen campe un gangster en fauteuil roulant. 
     


    S'il continue, au milieu des années 90, de multiplier films d'action
     
    (A armes égales de Ridley Scott en 1997) et thrillers (Meurtre parfait de Andrew Davis), l'acteur à la belle gueule, poète, photographe et peintre à ses heures, travaille également avec Jane Campion (Portrait de femme) et Gus Van Sant 
     
    (le très arty Psycho en 1998).
     
     
    Viggo Mortensen, né Viggo Peter Mortensen le 20 octobre 1958 à New York, est un acteur, poète, musicien, photographe, peintre et éditeur américano-danois.:
     
     
     
    En 2001, il connaît une consécration internationale en devenant Aragorn, l'un des piliers du Seigneur des anneaux, la trilogie à succès de Peter Jackson
     


    Viggo Mortensen:
     
     
     
     
    Reparti à l'aventure en 2004 à l'occasion de l'épique Hidalgo, le charismatique Mortensen plonge ensuite dans l'univers bien plus trouble de David Cronenberg pour y livrer deux de ses plus saisissantes compositions :
     
    tranquille père de famille confronté à ses démons dans le dérangeant 
     
     
    il campe un homme de main de la mafia russe de Londres
    dans Les Promesses de l'ombre (2007).
     
     
     
     
     
    Bras droit énigmatique d'Ed Harris dans le western Appaloosa (2008), valeureux Capitaine Alatriste, cet adepte des expériences hors-normes traverse en 2009 les paysages post-apocalyptiques de La Route,
     
    Afficher l'image d'origine
     
     
    adaptation par John Hillcoat du best-seller de Cormac McCarthy


    Il entame la nouvelle décennie en se glissant dans la peau de Sigmund Freud pour le compte de David Cronenberg via Dangerous Method, aux côtés du très à la mode Michael Fassbender
     
    Par la suite, Viggo Mortensen incarne le mystérieux et inquiétant Chester MacFarland dans The Two Faces Of January (2014), ce qui lui permet de découvrir la richesse culturelle inhérente à la Grèce où l'intrigue du film se situe. 
     
    Viggo Mortensen:
     
     
    Particulièrement doué pour les langues, le comédien prouve une fois de plus son talent en incarnant, en français, Daru, dans Loin des hommes (2015).
    Sept ans après Appaloosa, il revient au western avec Jauja.
     
     
     
     
     
    « ROMAIN GARYMON ONCLE ! Jacques TATI »
    Partager via Gmail Delicious Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter