• La REVOLUTION du 7è ART...

     

     

     

    gif blog divers

    La révolution du 7ème art...

    ...le cinéma parlant.

    Le cinéma parlant offre des possibilités nouvelles que les réalisateurs s'empressent d'exploiter. C'est une petite révolution technique, esthétique et artistique. D'une part, la restitution du son oblige à uniformiser la vitesse de défilement des films (24 images/seconde), ce qui améliore la qualité de la projection. De plus, les sujets changent, car les dialogues permettent d'aborder la psychologie des personnages et le jeu des acteurs doit s'adapter.

     

     

    Le cinéma parlant a pemis de faire évoluer le cinéma français vers un genre appelé le "réalisme poétique" tandis que les dictateurs en Europe ne produisent plus que des films de propagande. A partir de 1930, Les Etats Unis et l'Europe entrent dans une crise économique et sociale. Le cinéma parlant sera le reflet de la pauvreté des masses populaires.

    Jean Renoir, le fils du peintre Auguste Renoir, signe ses plus beaux films dans les années 30 et se fait le porte-parole de la classe ouvrière. Dans "Toni", réalisé en 1935, le personnage principal est un ouvrier immigré, qui meurt, victime d'un drame passionnel.

    Jean Gabin affirme ses talents en 1936 pour la première fois dans un film de Jean Renoir, intitulé "la Grande Illusion". Le film dévoile l'illusion des combattants de 14-18, qui ont cru que leur guerre serait la dernière. Mais les intentions dominatrices des dictateurs en Europe ne cessaient de s'affirmer.

     

    Jean Renoir est l'un des rares cinéastes français à avoir su filmer les métiers populaires, comme les repasseuses dans "le crime de M.Lange".

    ccccc

    En 1938, Jean Gabin confirme son talent aux côtés de Pierre Brasseur, dans le célèbre "Quai des Brumes" de Marcel Carmé. Ce film raconte l'histoire d'un déserteur qui se rend au Havre pour embarquer. Il va y rencontrer l'amour mais aussi la mort. Les dialogues de Jacques Prévert, les décors de Trauner et l'interprétation du couple Morgan-Gabin font de "Quai des Brumes" un des fleurons du cinéma français.

    Parmi les chefs-d'oeuvre de cette époque, il convient de mettre à part ceux de Marcel Pagnol en 1935.

    Le cinéma de Pagnol est en grande partie du théâtre filmé, comme la célèbre partie de cartes jouée par César, Panisse, et Escartefigue dans "Marius", en 1935.

     

     

    A Berlin, Marlen Dietrich se révèle en 1930 dans "l'Ange Bleu", un film réalisé par Joseph Von Sternberg. Elle y incarne une vamp, une femme de bar séduisante qui séduit un professeur pointilleux, pour ensuite en faire son jouet. Ce film sera l'un des derniers chefs d'oeuvres germaniques (jusqu'en 1944). L'Allemagne ne produira plus que des films de propagande.

     

     

    Aux Etats Unis, avec le poid de la crise économique, plus importante encore qu'en Europe, le cinéma reflète les mentalités du peuple et les problèmes liés à la crise.

    Charlie Chaplin est un irréductible du cinéma muet. Il considère le cinéma parlant comme une invention sans avenir. Il déclare d'ailleurs au cours du tournage de "City Lights", sorti en 1931: "Le dialogue pour mon usage personnel? Jamais! Le dialogue est aussi peu nécessaires aux films que la parole aux symphonies de Beethoven." Chaplin reçoit tout de même un accueil triomphal lors de la sortie de "City lights".

    "Les temps modernes" réalisé en 1936, divisent les critiques. Certains trouvent l'absence d'unité facheux, les autres considèrent le film comme un chef d'oeuvre visionnaire. Jean Renoir déclarera "le film de Charlot, c'est mieux qu'un spectacle, c'est un refuge."

     

    Le cinéma n'est seulement le reflet de la société. Un autre genre apparaît, le film fantastique, permettant d'échapper à la sombre réalité du quotidien.

    En 1933, "King Kong", est présenté pour la première fois au radio City Music Hall de New-York.

    Le film remportera un succès planétaire, et la scène montrant King Kong escaladant l'Empire State Building y sera pour beaucoup.

    En 1934, "Tarzan, l'homme-singe" sort pour la première fois sur les écrans hollywoodiens. Ce film fantastique remporte un très grand succès. Grâce à l'invention récente du cinéma parlant, les spectateurs peuvent apprécier le cri du héros de la jungle.

     

    Dans les années 30, le monde merveilleux de Walt Disney apparait sur les écrans et s'impose vite comme le leader des dessins animés.

    En 1934, Donald Duck fait son apparition dans un dessin animé, titré "The Wise Little Hen" (la petite poule avisée).

    Deux mois plus tard, Donald fera la connaissance de Mickey. En France, le canard grincheux fera son apparition dans "le journal de Mickey" en 1935.

    En 1937, "Blanche-Neige et les sept nains" consacre Disney et remporte un incroyable succès auprès de tous les publics. C'est le premier long métrage d'animation parlant et en couleur. Ce film a nécessité trois ans de travail.

     

    source : http://warly.free.fr/menu.php?page=5

     

     

     

     

     

    « JEAN GABIN, un p'tit gars de la 2e DB NOEL NOEL »
    Partager via Gmail Delicious

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter