• CORINNE LUCHAIRE

     

      

    Corinne Luchaire a 17 ans en 1938 lorsqu'elle balbutie sa carrière d'actrice avec un premier et énorme succès, Prison sans barreaux réalisé par Léonide Moguy. Elle a 19 ans en 1940. Un temps, elle est un "colibri dans la tempête" (l'expression est de Jean-François Josselin, l'ami de Simone Signoret elle même amie de Corinne Luchaire qui sut la cacher quand elle s'appelait encore Simone Kaminka, un nom dangereux dans ces années 40). Oui, un petit oiseau, aussi charmant qu'insupportable et singulièrement quand on le replace dans sa cage dorée de l'époque.

     

    Elle est la fille de Jean Luchaire, grand patron de presse collaborationniste. A l'heure où certains "enfants" de son âge sont dans le maquis ou quémandent le bonheur simple d'être de leur âge, Paris est sous Occupation allemande. La famille Luchaire s'arc-boute sur ses quelques privilèges, festoie, convaincue que la paix et l'entente avec l'ennemi valent mieux que toutes les guerres. Dans ces troubles, c'est le Tout-Paris artistique, journalistique et politique que Corinne Luchaire côtoie. Émerveillée par les lambris des palais qui s'ouvrent à elle, elle s'étourdit de paillettes. La vie est facile pour une jeune femme inconséquente et parfois superficielle qui n'est qu'indifférence face au monde en train de vaciller dans les ténèbres pour quelques années encore.

     

    L'envie folle de vivre ses 20 ans, de se perdre dans le tourbillon d'une célébrité naissante lui font enchainer quelques films seulement, sept en tout entre 1938 et 1940. Elle est Nelly dans Prison sans barreaux (Léonide Moguy, 1938), Claire dans Conflit (Léonide Moguy, 1938), Marie dans Le déserteur (Léonide Moguy, 1939), Junie dans Cavalcade d'amour (Raymond Bernard, 1939), Cora Marino dans Le dernier tournant (Pierre, Chenal, 1939), Anna dans L'intruse (Mario Mattoli, 1940 sorti en France en 1943).

     

    Jean Luchaire est jugé, condamné à mort à la Libération puis fusillé en février 1946... Frappée d'indignité nationale, elle mourra de tuberculose en 1950 alors qu'elle n'a pas encore 29 ans

     

     

     

     

     

    Retour à la page d'accueil

      

     

     

     

    « RITA HAYWORTH, une flamboyante rousse...WOODY ALEN »
    Partager via Gmail Delicious

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter